Bienvenue sur du grain à démoudre

Edito
Thème: "le Temps"
Jingle
Film d'atelier
Palmarès
Lauréats du 11ème festival
Le Journal
des jeunes organisateurs
Ateliers
pendant le festival
CONCOURS
d'écriture de scénarios
Photos
par BBflirt
Partenaires
du 11ème festival
Films
en atelier durant l'année
Lettres
d'informations




Les films du grain à démoudre

Longs métrages en compétition


Festival 2009 - photo Luc Bonfils

Compétition - Longs métrages

Samedi 20 10h

Cliquez



Conseillé à partir de 12 ans
Tout ce que j'aime de Jacek Borcuch « All that i love »
De Jacek Borcuch
Pologne,fiction,2009, couleur,1h35

Il y a un moment dans la vie de tout un chacun, ces années fugaces, où ne sommes plus des enfants mais n'avons pas encore franchis la frontière de l'âge adulte...

Une période pleine de 'premières fois' – la première gorgée de vin, la première déception, la première rébellion, le premier amour. Une période pleine d'espoirs et de rêves. 'ALL THAT I LOVE'/TOUT CET AMOUR se passe dans le début des années 80, c'est l'histoire d'un garçon, sa famille et ses amis. A travers les yeux de Janek, un garçon sensible vivant dans une ville balnéaire, le film nous laisse voir la confrontation de deux mondes : le monde idéaliste de la jeunesse et le monde rude des adultes. Janek découvrira qu'il n'y a pas moyen d'échapper au monde adulte. Il faut tout confronter, se battre pour la fille, sa famille et son avenir.

Jacek Borcuch Le réalisateur : Jacek Borcuch
Jacek Borcuch a étudié la philosophie à l'Université de Varsovie Baduszkowa's Vocla, le théâtre à l'Académie Gdynia et la musique à l'Ecole de Musique de Varsovie. Le parcours de Jacek Borcuch's montre sa quête permanente d'une réflexion sur l'existence humaine. La philosophie est pour lui un espace où l'on étend ses facultés de perception, de compréhension et d'expérimentation du monde. Le passage à la réalisation, est la conséquence logique de toutes ces expériences précédentes, et lui donne l'opportunité de raconter sa propre histoire pour la présenter à un public large. En 2004 il réalisa TuliPANY (TULIPES), un des longs métrages polonais les plus acclamés par la critique en 2004.

"On peut faire tomber, anéantir des empires et changer l´histoire sans armes, juste en chantant… A l'image de la révolution chantante d'Estonie, Jacek place le spectateur face à 1 jeunesse entrant dans l'âge adulte, luttant sur fond de punk rock contre les injustices, le pouvoir. Une quête d'amour et de liberté prise sur le vif, sans concessions."

Baptiste et Clémence


Production - contact: wide@widemanagement.com


Samedi 20 14h

Cliquez



Conseillé à partir de 12 ans Un garcon appelé papa de Brian Percival
« A boy Called dad »

De Brian Percival
Angleterre, fiction, 2009, couleur, 1h20

Robbie a 14 ans et vit à New Brighton, en face de Liverpool, de l'autre côté de la rivière Mersey, avec sa maman Lynda et sa sœur, Katie, 'la pénible', 9 ans.…

Depuis que son père Joe est parti quand Robbie n'avait que 4 ans, le garçon se définit par son absence de père.10 ans plus tard Robbie est toujours blessé, en colère et perdu. Katie, malgré la relation ratée de ses parents, réussit à voir son père tous les week-ends – une relation à temps partiel que Robbie envie. Un père est tout ce que Robbie a voulu dans sa vie. A la place il obtient quelque chose de très différent… un fils.


Brian Percival Le réalisateur : Brian Percival

Après une carrière réussie de 10 ans dans la publicité, dirigeant des pubs pour la télévision à travers le monde, le premier film de Brian, 'About a girl' a été sélectionné et a gagné ex aequo le premier prix au festival international d'Edinburgh en 2001. Ensuite Brian a réalisé différentes productions primées pour la télévision notamment 'Pleasureland' pour Channel 4, 'North and South' d'Elizabeth Gaskell and 'Ruby in the Smoke' pour la BBC et récemment, une adaptation de 'The Old Curiosity Shop' de Dickens pour ITV. Il a gagé son deuxième prix BAFTA en 2005 comme meilleur réalisateur pour l'adaptation moderne de la BBC de 'Beaucoup de bruit pour rien', également nominé Meilleure Œuvre Dramatique. Dans A boy called Dad/Un garçon appelé Papa, Brian rejoint Julie Rutterford pour son premier long métrage.

Production : EM Media and / Northwest Vision and Media/The Film Agency For Wales
Contact: Andrea.Scarso@theworksmediagroup.com


Samedi 20 17h

Cliquez



Conseillé à partir de 12 ans RU there de David Verbeek
« RU there »

De David Verbeek
Pays-Bas, Taiwan, fiction, 2010, couleur, 1h23

Jize est un jeune joueur professionnel hollandais et il parcourt le monde pour participer à des tournois de jeux vidéo. Pendant un séjour à Taipei il commence à avoir mal au bras et est obligé de se reposer quelques jours. Une nuit il rencontre une fille et prends conscience de ce que cela signifie que d'être humain à l'age des mondes virtuels.

David Verbeek Le réalisateur : David Verbeek
David Verbeek a fait des études de cinéma, photographie et de philosophie de 1999 à 2001 à l'Université New School à New York. Ensuite il a poursuivi ses études à l'Académie Hollandaise de Cinéma et de Télévision à Amsterdam. Il a réalisé plusieurs courts métrages à New York et à Académie Hollandaise de Cinéma et de Télévision. November Always (2004) fut sa première collaboration avec Rogier de Blok, collaboration qu'ils ont poursuivie avec leur premier long métrage, Beat, réalisé la même année. En 2005 il réalisé son film de fin d'études: Suicideholiday, toujours en collaboration avec Rogier de Blok. Son court métrage Melody Z, tourné à Shanghai, était une étude préliminaire pour Shanghai Trance (2007), qui a été sélectionné pour le Tiger Competition au Festival International de Cinéma de Rotterdam en 2008. Shanghai Trance a également été sélectionné pour différents festivals à travers le monde comme Chicago, Hong Kong et Premier Plans d'Angers et a connu un grand succès en Chine. Club Zeus est un film à petit budget tourné à Shanghai actuellement en phase de post production.


Dans R U THERE, David Verbeek vous invite à devenir l'avatar de Jitze, un gamer qui voit son univers virtuel secoué lorsque, témoin d'un accident, la violence du monde réel lui saute au visage. David Verbeek interroge le rapport au réel dans un monde qui tend au virtuel. Dans la subtile contradiction entre la placidité de scènes contemplatives et le dynamisme de scènes en images de synthèse, le film R U THERE est un pont entre deux mondes et le représentant d'un « autre cinéma ».

Pierre


Production : IDTV Film and VPRO / Les Petites Lumières
Contact: sarah.chazelle@gmail.com


Samedi 20 20h30

Cliquez



Conseillé à partir de 12 ans Joy de Mijke de Jonk
« Joy »

De Mijke de Jonk
Pays-Bas, fiction, 2009, couleur, 1h18

Joy n'a qu'un but dans sa jeune vie, c'est de retrouver sa mère biologique. Abandonnée bébé et élevée dans des orphelinats, elle considère que sa vie manque de racines, d'ancre. Elle est convaincue qu'elle trouvera le bonheur qu'une fois réunie avec sa mère biologique. Quand sa meilleure amie Denise découvre qu'elle est enceinte, la quête de Joy devient une obsession…

Mijke de Jonk

La réalisatrice : Mijke de Jonk

Mijke de Jong (1958) a commencé ses études à l'Académie Hollandaise de Cinéma et de Télévision puis a étudié au College for Social Work (formation d'assistance sociale). Son premier film In Krakende Welkstand/Au délice des squatters (1988) avait pour contexte le mouvement des squatters. Son intérêt pour les questions d'ordre social joue un rôle important dans ses films et dans sa façon subtile de diriger ses acteurs.

« Un film intimiste traitant à la fois de la question de la maternité et de l'abandon, et de la quête d'identité de cette jeune fille de 17 ans, recherchant sa mère à tout prix. Tantôt douce, tantôt violente, Joy ne nous laisse jamais indifférents et nous intrigue toujours, par la force et par l'énergie qui bouillonnent en elle. Nous suivons Joy dans ses sautes d'humeur et ses démarches pour trouver la paix intérieure à laquelle elle aspire depuis trop longtemps déjà.Quelle vie a-t-elle vécue jusqu'à présent ? Qui est vraiment sa mère biologique ? Tant de questions qui nous accrochent à elle et nous donnent envie de nous battre à ses côtés tout au long du film, pour (peut-être) assister à son apaisement, et lui laisser une chance d'enfin pouvoir construire sa vie ».

Ariane (jeune organisatrice)


Production :IDTV Film / Vara - Contact: film@idtv.nl


Dimanche 21 10h

Cliquez



Conseillé à partir de 10 ans
La fille de Fredrick Edfeldt « the girl »
De Fredrick Edfeldt
Suède, fiction, 2008, couleur, 1h35

Une fillette se retrouve seule avec sa tante immature pendant que sa famille participe à une mission humanitaire en Afrique.


Par un ingénieux stratagème, elle parvient à éloigner sa tante et reste seule maîtresse dans sa maison isolée à la campagne. Durant ces quelques jours de solitude, la « Fille » expérimente l'amitié décevante, l'éveil du corps et des sensations inconnues allant de la tendresse à l'inconsolable tristesse. Lorsque ses parents reviennent, la fillette est devenue une adolescente.

Fredrick Edfeldt Le réalisateur : Fredrick Edfeldt
Fredrik Edfeldt, né en 1972 dans la banlieue de Stockholm, a étudié la théorie du cinéma et la communication de masse à l'Université de Stockholm et la réalisation à l'École de cinéma de Stockholm. Il a travaillé pour la chaîne de télévision publique suédoise et collabore à présent avec une des sociétés de publicité et de création les plus importantes du pays, ACNE, qui s'est lancée dans la production de longs métrages de cinéma avec son premier film,

"Très beau visuellement, The girl n'oublie pas pour autant de proposer un vrai regard sur l'enfance et le passage complexe à l'adolescence. Par le biais de nombreuses métaphores (la verticalité des plans, le vertige, le rapport à la nature…), Fredrik Edfeldt nous offre un film subtil et pudique, tout en retenue. C'est ici dans la distance que naît l'émotion."

Charles, Julien, Mathilde, Mélanie et Pierre


Production : Acne Films - contact: pal@acne.se

© 2010 Copyright du grain à démoudre. Tous droits réservés.


Designed by: antoniolou